Devenir graphiste Web freelance : le guide pour se lancer

graphiste web freelance

Depuis qu’Internet est devenu accessible à tous, de nombreuses opportunités d’emplois ont vu le jour en ligne. Pour cela, il suffit de savoir exploiter ses capacités dans un domaine. Pour ceux qui ont un certain talent dans le domaine artistique, notamment dans l’art de dessiner, être graphiste peut être une bonne idée. Nous allons voir les étapes pour bien entamer sa carrière de graphiste web freelance.

graphiste web freelance

En quoi cela consiste-t-il ?

Tout d’abord, il serait plus judicieux d’apporter des éclaircissements sur le métier de graphiste web freelance. Un graphiste est un spécialiste de la communication et également un artiste. Sa mission est de transformer des messages en image. Et c’est là que sort le côté artistique, car il doit faire en sorte que le message passe bien auprès du public.

Quand on a plusieurs images, on peut alors parler d’univers graphique et cet univers doit donner une excellente image de marque à une entreprise, à un produit ou même un site. En résumé, un graphiste Web freelance a un rôle de conception d’image du client.

graphiste web freelance

Se mettre en règle avec l’administration

La première chose à faire avant de se lancer dans un métier freelance est d’effectuer les démarches administratives nécessaires. Ainsi, le graphiste aura une existence tout à fait légale. Par ailleurs, les démarches à suivre sont plutôt simples et rapides.

Tout d’abord, il faut choisir un statut juridique pour votre activité : pour le métier de graphiste web freelance, on peut soit être un auto-entrepreneur, soit un artiste-auteur, soit une société ou tout simplement de profession libérale.

Ensuite, il faut déclarer son activité professionnelle auprès du Centre des Formalités des Entreprises (CFE) régional pour avoir un numéro d’immatriculation. Après, on peut définir la couverture sociale en fonction du statut juridique de l’activité. Si par exemple on a choisi de se définir comme artiste-auteur,  il faut se rendre à la Maison Des Artistes (MDA).

Procéder à un démarchage spontané

Il faut savoir que lorsqu’on commence, le plus dur est de se faire connaître. Si on attend un appel d’un client, on court le risque d’attendre très longtemps, c’est pourquoi il est nécessaire de prendre les devants.

Il faut commencer par faire une petite étude de marché sur les clients potentiels. Cette démarche consiste à rechercher tout organisme qui serait intéressé par nos services. Il suffit de voir la communication visuelle de toutes les entités de proximité, c’est-à-dire se situant géographiquement près de votre localisation.

Tous ceux qui n’ont pas de site web ou qui en ont un qui laisse à désirer sont des clients potentiels. Pour cela, il faut les contacter en prenant soin de créer un besoin que vos services peuvent satisfaire. Vous pouvez par exemple montrer les pratiques efficaces de leurs concurrents et ensuite vos réalisations pour qu’ils sachent les opportunités que vous pouvez apporter.

graphiste web freelance

Créer un blog

Quand on veut être un graphiste web freelance, il est quasiment obligatoire d’avoir un blog. Ce blog va être une vitrine de vos œuvres où vos futurs clients pourront voir vos compétences et ce que vous pourrez leur offrir. Il faut toujours procéder à des référencements réguliers pour que le blog apparaisse dans les résultats de recherche des internautes.

Quand le blog est lancé, il faut l’animer régulièrement, c’est la seule solution pour garantir son référencement. En effet quand on propose du contenu d’actualité, le référencement naturel est boosté et les visiteurs de votre blog comprennent que la mise à jour est fréquente. Pour s’assurer d’être toujours en avance sur les nouvelles tendances, il faut mettre en place une veille auprès des sites et autres blogs spécialisés. Par exemple dans le domaine du graphisme, on peut effectuer sa veille sur Easy Web.

Le dernier point important quand on lance un blog est qu’il faut définir une charte éditoriale. Cela consiste à adapter le vocabulaire et le ton qu’on utilisera en fonction de sa cible. S’il s’agit d’une cible néophyte en matière de design, il va sans dire qu’il faudra éviter au maximum les termes trop techniques.